fr en
Paris Descartes Paris Descartes
AISLF
branly logo

CONFÉRENCES PLÉNIÈRES : LES INTERVENANTS

15 DÉCEMBRE 2010, MUSÉE DU QUAI BRANLY, PARIS

David BUCKINGHAM





Curriculum vitae

David Buckingham est Professeur en Sciences de l’Éducation à l’Institute of Education (London University), où il dirige le Centre for the Study of Children, Youth and Media (Centre pour l’Étude des Enfants, de la Jeunesse et des Médias).

Il est également Professeur associé au Centre Norvégien de Recherches sur l’Enfance de Trondheim et de l’Open University. Ses recherches ont pour objet les interactions des enfants et des adolescents avec les médias électroniques, et l’éducation aux médias.

Il dirige actuellement un projet sur la progression de l’apprentissage dans l’éducation aux médias ; il a récemment achevé des projets traitant de l’enfance, de la ‘sexualisation’ et de la culture de la consommation, ainsi que des adolescents, de l’internet et de la participation citoyenne.

Il est auteur, co-auteur ou éditeur de 24 livres, dont tout récemment Beyond Technology (Au-delà de la technologie) (2007), Youth, Identity and Digital Media (Jeunesse, identité et médias numériques) (2008) et Video Cultures: Media Technology and Amateur Creativity (Vidéo-cultures : technologie des médias et créativité amateur) (2009).

Publications

Parmi les principaux livres :

  • Beyond Technology: Children’s Learning in the Age of Digital Media (Au-delà de la technologie : les enfants et l’aprentissage à l’âge des médias numériques). Cambridge : Polity, 2007. Traduit en espagnol.
  • Media Education: Literacy, Learning and Contemporary Culture (Éducation aux médias :  alphabétisation, apprentissage et culture contemporaine). Cambridge : Polity, 2003. Traduit en japonais, coréen, hongrois, chinois, italien, espagnol et grec.
  • After the Death of Childhood: Growing Up in the Age of Electronic Media (La mort de l’enfance : grandir à l’âge des médias électroniques). Cambridge : Polity Press, 2000. Traduit en espagnol, portugais, hongrois, chinois, Italien, français et coréen.
  • The Making of Citizens: Young People, News and Politics (Comment on fait des citoyens : jeunes gens, actualité et politique). Londres, Routledge, 2000.
  • Children Talking Television: The Making of Television Literacy (Les Enfants parlent de la télévision : développement d’un savoir télévisuel). Londres : Falmer Press, 1993.

Résumé d'intervention

La relation des enfants avec les médias et la culture de consommation fait l’objet d’une attention et d’un débat croissants depuis une dizaine d’années.
Les enfants ont pris de plus en plus d’importance, en tant que marché spécifique et comme moyen d’atteindre les marchés adultes.
Les entreprises recourent à un éventail de techniques bien plus étendu que dans le marketing, et ciblent directement les enfants de plus en plus jeunes.
Cependant de plus en plus d’analystes critiquent ce qui leur apparaît comme une "commercialisation" de l’enfance, et dans de nombreux pays, des appels visant à réglementer plus étroitement le marketing orienté vers les enfants ont été lancés.
Dans cette présentation, David Buckingham s’appuiera sur le travail qu’il a fait à l’occasion de la préparation d’un important rapport commandé par le gouvernement britannique sur ‘l’impact de l’univers commercial sur le bien-être des enfants’, ainsi que sur ses autres recherches dans ce domaine.
Il interrogera les façons dont est généralement posée et envisagée la question sociale que constitue la consommation enfantine de même que les visions sentimentales de l’enfance présentes dans les termes du débat.
Il démontrera que nous devons élargir notre vision de l’activité commerciale au-delà des seuls publicité et marketing ; et que nous devons analyser la consommation des enfants en relation avec celle des parents et, partant, de la société en général.
Il prêtera une attention particulière à l’évolution du rôle des médias à cet égard, remettant en question certaines des interprétations les plus optimistes de l’utilisation des médias numériques par les jeunes, en prenant en considération les dimensions commerciales des réseaux sociaux et les technologies mobiles.
Enfin, il conclura que nous devons regarder au-delà des dichotomies habituelles entre structure et «agency» qui continuent de caractériser aussi bien le débat public que le débat universitaire dans ce domaine.